Nicolas-Claude Fabri, seigneur de Peiresc

Portrait de Peiresc

Dessin sur pierre noire par Claude Mellan.
Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg.

(Cliquez sur l'image pour en avoir une vue agrandie.)

Qui était Peiresc, à qui nous avons dédié le planétarium d'Aix-en-Provence ?

Une vie hors du commun.

Peiresc — de son vrai nom Nicolas Claude FABRI — voit le jour le 1er décembre 1580 à Belgentier (qu'il écrira Boisgency ou Beaugentier) dans l'actuel département du Var. Ses parents y possédaient une propriété sur les bords du Gapeau. Sa famille — les Fabri étaient originaires de Pise — s'était fixée à Aix (en Provence) en 1254. Son père, Reynaud Fabri, était membre de la Cour des Comptes et Aides de Provence, et son oncle — sans descendance — était conseiller au Parlement.

C'est pour fuir une épidémie de peste que les parents du jeune Nicolas Claude se sont réfugiés à Belgentier. Les guerres de religion prolongeront ce séjour hors d'Aix.

Très tôt il perd sa mère qui ne survivra que quelques semaines à la naissance de son frère Palamède. La charge d'éduquer les deux orphelins sera assurée par son père et son oncle.

Nicolas Claude fait ses premières études à Brignoles (1587), qu'il poursuit à St-Maximin (1588), Aix (1589) et Avignon (1590). Il revient à Aix (1595) pour y suivre des études de philosophie, suit un enseignement au célèbre collège de Tournon (Ardèche) en 1596. Puis c'est à nouveau Aix (1597) afin d'y suivre des études de Droit qu'il termine à Avignon (1598).

Le voyage en Italie.

En septembre 1599, en compagnie de son frère, il quitte Aix pour entamer un voyage en Italie qui le conduira à Gênes, Lucques, Pise, Florence, Bologne, Ferrare, Venise, Padoue où il va suivre des études. En octobre 1600 il voyage en Italie centrale et visite Florence, Sienne, Rome (où il est présenté au pape), Naples, Pouzzoles, Pérouse, Ancône, Viterbe, Ravenne. En juin 1601 il est de retour à Padoue où il poursuit ses études. À Florence il assiste au mariage par procuration de Marie de Médicis et de Henri IV. C'est au cours de ce périple transalpin qu'il fait la connaissance de Galilée.

Le retour en France.

Il rentre en France en 1602 en passant par Genève et Lyon où il décide de rejoindre Montpellier pour y compléter sa formation de Droit. Il revient à Aix en décembre 1603.

Le 18 janvier Nicolas Claude Fabri présente à Aix sa thèse de doctorat qui sera suivie par celle de son frère (20 janvier). Ce fut pour lui l'occasion de montrer toute son érudition.

Il reçoit de son père des terres situées dans les actuelles Alpes de Haute-Provence (à proximité de la Colle St-Michel) et devient seigneur de Peiresc. Il porte désormais ce nom (qui signifie pierreux), bien qu'il n'ait jamais mis les pieds dans ce village (actuellement orthographié Peyresq).

Conseiller au Parlement d'Aix.

Le Parlement d'Aix est présidé par Guillaume du Vair, nommé Intendant de Justice à Marseille par Henri IV. En 1605 ce dernier appelle du Vair à Paris : Peiresc le suit. Il en profitera pour voyager en Angleterre et aux Pays Bas.

En octobre 1606, il rentre à Aix et devient Conseiller au Parlement le 24 juin 1607 — charge qu'il reçoit de son oncle.

Sa vie se partagera désormais entre ses fonctions de magistrat et son goût pour l'étude. Cette activité débordante ne l'incitera pas à se marier : il refusera même le parti que son père lui avait préparé à l'âge de 24 ans.

Au cours de ses nombreux déplacements, tant à l'étranger qu'en France, Peiresc rencontrera quasiment toutes les sommités du moment. Il entretiendra avec elles une correspondance peu commune.

Il résidera à l'hôtel de Calas, rue de la Trésorerie (non loin de l'actuelle rue Peiresc). Cet immeuble n'existe plus, il a été détruit en 1811 afin de laisser la place au futur palais de justice.

En 1618 il reçoit de Louis XIII l'abbaye de Notre Dame de Guîtres (non loin de Libourne) où il ne passera qu'une semaine en 1623.

C'est le 24 juin 1637 que Peiresc meurt, entouré notamment de Gassendi. Il est enterré dans le tombeau familial de l'actuelle église de la Madeleine à Aix-en-Provence.

L'érudit.

La science au XVIIe siècle n'avait ni l'étendue, ni la multiplicité des disciplines actuelles. Comme tout bon humaniste de son époque, Peiresc était un esprit universel et il excellait dans bien des domaines. Il a entretenu une correspondance suivie avec quelques 500 contemporains (Galilée, Gassendi, Kepler, Hevelius, Malherbe, Mersenne, Rubens…).

Très jeune, il s'intéresse aux médailles et il les collectionne. C'est l'un des sujets qui le rapproche de Rubens avec qui il correspond. Il collectionnera monnaies et médailles dans sa galerie de « curiositez, étrangetez et raretez » (17 000 pièces).

Il possédait une bibliothèque fort riche (5 402 ouvrages).

Le botaniste.

Ses fréquents retours à Belgentier (notamment lorsqu'il y séjourne trois ans, de 1629 à 1632, pour fuir la peste qui sévit à Aix) l'incitent à étudier les plantes. Il possède autour du château un vaste terrain le long de la rivière Gapeau. C'est là qu'il acclimate et cultive nombres d'espèces : le myrte à larges feuilles, le jasmin indien, le papyrus, des vignes rares de Tunisie, la noix muscade, le gingembre, la nèfle. Il possédait un verger avec plus de soixante sortes de pommes et presque autant de poires.

De cette étude des plantes il tire une « pharmacie provinciale », que nous appellerions aujourd'hui pharmacopée provençale, qui était un recueil de purgatifs et de laxatifs.

Le physiologiste.

Peiresc s'intéresse aux « veines lactées » (dénommées de nos jours chylifères) qui avaient été remarquées sur la paroi de l'intestin des chiens et qui se gonflent au moment de la digestion. Afin de découvrir si de tels vaisseaux existent aussi chez l'homme, il saisit une opportunité peu banale pour s'en convaincre. Il recommande de faire bien se restaurer un condamné à mort, juste avant la pendaison : il pourra ainsi noter la présence effective de ces mêmes veines lactées.

Il étudie l'œil et la vision, sans toutefois parvenir à une interprétation correcte.

Le naturaliste.

Profitant du passage d'un éléphant à Toulon, Peiresc étudie sa denture et évalue sa masse.

Il introduit en France le chat angora. Il prend en pension chez lui un animal mal défini disparu, l'alzaron (sorte de gazelle à tête de taureau).

L'historien.

Peiresc montre que Jules César, lors de sa conquête de l'Angleterre, n'est pas parti de Calais, mais de St Omer.

L'astronome.

Peiresc est un contemporain de Galilée qu'il a connu lors de son voyage en Italie. Il est aussi lié avec Gassendi, célèbre astronome vivant à Digne. C'est tout naturellement qu'il s'intéressera au ciel.

Importance de Peiresc.

Bien qu'il n'ait écrit aucun ouvrage d'importance — ce qui est certainement une des raisons pour lesquelles il a été longtemps oublié — Peiresc représente un moment charnière dans l'histoire de la pensée scientifique : sa méthode qui annonce par ailleurs les temps modernes reste cependant encore engluée dans les croyances moyenâgeuses — il croit aux sorciers.

Touche-à-tout de génie — l'époque le permet encore — il expérimente ce qui va devenir une méthode efficace de compréhension du monde : comprendre, c'est observer puis interpréter. En relation épistolaire avec les plus grands esprits de son époque, c'est dans ces échanges qu'il faudrait chercher ses contributions. Malheureusement il est sans descendance directe et sa nièce (Madame de Meyrargues) utilise une partie des lettres qu'il avait laissées pour étaler des vers à soie, ou faire des papillotes. Il subsiste encore, de nos jours, un fonds déposé aux archives de Carpentras. Un certain nombre de ses découvertes ont été attribuées à d'autres : il fallut attendre la lecture de sa correspondance pour en connaître le véritable auteur. Poussé par la curiosité, avide de tout explorer, « amateur de génie », Peiresc apportait une façon nouvelle d'aborder les faits. Viendra le temps où approche et réflexion feront naître la science moderne.

Philippe Malburet

Pour d'autres renseignements sur Peiresc,connectez-vous à l'un des sites suivants :


Retour Accueil